English | Italiano

Il contenuto di questa pagina richiede una nuova versione di Adobe Flash Player.

Scarica Adobe Flash Player

Chemins I (note de l'auteur)

Chemins I
sur Sequenza II
pour harpe et orchestre (1965)

La meilleure façon d’analyser et commenter une œuvre musicale a été toujours d’en écrire une autre à partir des matériaux de l’œuvre originale; elle devient ainsi l’objet d’une exploration créatrice qui en est à la fois une analyse, un commentaire et une extension. Les commentaires les plus efficaces d’une symphonie ou d’un opéra ont toujours été une autre symphonie ou un autre opéra. En ce sens mes Chemins, qui citent, traduisent, amplifient et transcrivent mes Sequenze pour instrument solo, ce sont aussi les meilleures analyses des Sequenze. L’ensemble instrumental explicite et développe les processus musicaux latents et comprimés dans le discours du soliste, en amplifiant aussi les relations temporelles: parfois les rôles sont invertis et c’est la partie du soliste qui semble être engendrée par son propre commentaire.
Pourquoi, en fait, cette insistance à vouloir élaborer et transformer le même matériau musical? Peut-être est-ce un tribut à l’idée que rien de ce qu’on achève, en soi, est jamais fini. Même l’œuvre «achevée» est rituel et commentaire de quelque chose qui est venu avant, de quelque chose qui viendra après, comme une question qui ne provoque pas de réponse mais encore un commentaire, et une autre question...

Chemins I est un commentaire spécifique qui comprend presque intégralement l’objet et le sujet du commentaire: Sequenza II pour harpe (1963), écrite pour Francis Pierre.
Chemins I n’est pas une simple métamorphose orchestrale de Sequenza II, ni le déplacement d’un objet trouvé dans un contexte nouveau, mais c’est plutôt une nouvelle lecture et une extension des caractères instrumentaux inhérents au morceau pour soliste. Dans Chemins I le texte original et son commentaire sont intimement mêlés dans un échange permanent d’éléments et de caractères - de même qu’une figure porte en soi ses couleurs et ses ombres... et par celles-là se voit constamment changée.

Luciano Berio