English | Italiano

Il contenuto di questa pagina richiede una nuova versione di Adobe Flash Player.

Scarica Adobe Flash Player

Serenata I (note de l'auteur)

Serenata
pour flûte et quatorze instruments (1957)

La période cruciale des «folles années ‘50» était une période à la fois difficile et intense: les compositeurs étaient profondément intéressés à la recherche de références structurales et d’un ordre sériel nouveau. Le visage de la musique était toujours sévère et souvent grincheux. La Serenata de Bruno Maderna et la mienne étaient les premières «sérénades» d’après-guerre. Il me semble que c’étaient les premiers exemples où la musique sérielle commençait à se détendre un peu.
D’une certaine manière, Serenata pour flûte et quatorze instruments annonce Tempi concertati (1958-1959) et la série des Chemins, c’est-à-dire des œuvres dans lesquelles je me suis confronté au problème d’intégrer un soliste à un ensemble instrumental ou à un orchestre. Dans Serenata les quatorze instruments, plutôt que de s’opposer ou de servir d’accompagnement à la flûte, la développent et la engendrent dans une interaction continuelle d’éléments et de caractères - de même qu’une forme porte en soi des couleurs et des ombres capables d’en modifier le sens.
Serenata, écrite pour Severino Gazzelloni, est dédiée à Pierre Boulez qui la créa à Paris en mars 1957.

Luciano Berio