English | Italiano

Il contenuto di questa pagina richiede una nuova versione di Adobe Flash Player.

Scarica Adobe Flash Player

Nones (note de l'auteur)

Nones
pour orchestre (1954)

Dans Nones (La Neuvième Heure), W. H. Auden transfigure la Passion du Christ en une interrogation lucide et brûlante de l’agonie de l’homme enchaîné à l’énigme d’un moment soudain, définitif.

Ce que nous savons impossible,
Bien que mainte fois annoncé
Par de rudes ermites, le chaman, la sibylle,
Baragouinant dans leurs transports,
Ou révélé à un enfant par quelque rime accidentelle,
Comme huer et tuer, se réalise
Avant que nous n’en soyons conscients. Nous sommes étonnés
Par l’aisance et la rapidité de notre action
Et mal à l’aise: Il est trois heures à peine,
L’après-midi, et cependant le sang
De notre sacrifice est déjà sec
Dans l’herbe; nous ne sommes pas préparés
Pour un silence si brusque et si total;
La journée est trop chaude, trop claire, trop paisible,
Trop à jamais, le mort reste trop rien.*

Vers 1953-1954, j’avais envisagé une sorte de cantate pour solos, chœurs et orchestre à partir de ce poème. La conception musicale du projet était étendue et complexe. Elle reposait sur une série rigoureusement symétrique de treize notes; une série donc avec le redoublement d’un son, qui engendrait des vastes transformations harmoniques, allant d’agrégats sonores très complexes à l’octave.

Toute l’articulation et la morphologie du développement musical étaient contrôlés par des procédés assez systématiques et «fatalistes».
Mais, après une année de travail, je dus me rendre à l’évidence que le poème était en lui-même beaucoup trop complexe et long pour s’intégrer entièrement à un processus musical. C’est pourquoi, ayant finalement dû renoncer au projet sous cette forme, j’ai assemblé cinq de ses nombreux épisodes orchestraux en une séquence cohérente qui, je l’espère, conserve un peu du pouvoir de transfiguration du poème d’Auden. Il s’agit de cinq aspects différents du même processus musical, formellement réglé par des opérations sur le numéro 9 qui impliquent durées, intensités et modes d’attaque. Nones peut aussi être écouté comme une étude de transitions sonores qui vont du bruit au son, c’est à dire de situations très complexes à situations relativement simples.
Nones a été créé à Turin en 1955 sous la direction de Bruno Maderna.

Luciano Berio